Le troglodyte mignon

Troglodytes

Caractéristiques

Le Troglodyte mignon est un des plus petits passereaux du vieux continent. Il mesure moins de 10 cm de longueur et ne pèse que 8 g environ. La longueur de sa main est inférieure à 5 cm. Sa silhouette est très typique. Le corps rondelet porte une tête massive prolongée par un long bec fin et légèrement courbe. Une très courte queue (3,5 cm) est le plus souvent tenue relevée. Les ailes courtes et arrondies battent très rapidement. De fortes pattes roses, toutes proportions gardées, agrippent fermement le support. Mâle et femelle sont identiques d’aspect. Le dessus est d’un brun assez chaud, nuancé par endroits de marron, particulièrement sur la queue et les sus-caudales. Un long sourcil clair surmonte l’oeil sombre. Les rémiges et les rectrices apparaissent nettement barrées de brun sombre. Le dessous est beige chamois avec les flancs eux aussi nettement barrés. Le juvénile ne se distingue des adultes que par des détails infimes de plumage invisibles sur le terrain. Aucune confusion avec une autre espèce n’est possible.

Bien campé en évidence sur un support, branche, souche, rocher ou autre, la queue relevée, tête redressée, il déclame ses strophes sonores à la cantonnade. Eu égard à sa taille, la puissance du chant étonne. La phrase est très stéréotypée et invariable à l’intérieur de l’espèce, et tous les mâles ont le même répertoire. Le chant inclut des syllabes roulées typiques.

Le cri

Le cri habituel est fait de” tjek” répétés suivant un rythme variable, d’autant plus rapide que l’oiseau est inquiet. Un autre cri fréquent est un trille sec et roulé, “trrrrrr”.

Le Troglodyte mignon est avant tout une espèce forestière affectionnant les facies humides des forêts feuillues et mixtes dont il fréquente la strate inférieure. Ses moeurs exigent un sous-bois dense et riche, mais aussi avec un accès facile au sol. Il est particulièrement fréquent en ripisylve le long des réseaux hydrographiques et c’est probablement dans ce milieu qu’il atteint son optimum écologique. Mais sa plasticité fait qu’on le trouve également dans bien d’autres milieux comme les formations ligneuses en bordure des plans d’eau ou dans les marais, le bocage ou encore des endroits où l’empreinte de l’homme se fait nettement sentir comme les parcs et jardins, y compris en ville. Sur les îles, il se contente de formations plus basses. Au Maghreb, on le trouve au dessus de 1200 m à la faveur des fonds de vallées. Il monte à plus de 4500 m dans l’Himalaya. Les migrateurs recherchent les mêmes milieux dans les zones d’hivernage.

Alimentation

Le Troglodyte mignon a un régime insectivore toute l’année. Il se nourrit surtout d’arthropodes, insectes divers et leurs larves, araignées,… Il s’attaque également à l’occasion à de mini-vertébrés tels que les alevins de poissons ou les tétards d’amphibiens.

Chant : www.oiseaux.net