1906 – 1916

027822cc59Après un séjour dans un établissement de l’œuvre du Calvaire à Lyon comme Supérieure, Augustine JOUFFREAUT résidant à Talence, se met en quête d’un lieu pouvant accueillir des malades mis hors du système hospitalier. En effet, à Bordeaux comme à Lyon les Hôpitaux de l’Assistance Publique ne gardaient pas les malades chroniques non contagieux.

Aidée de quelques femmes, elle réussit à monter une association et à réunir quelques fonds pour installer la Maison du Calvaire de Bordeaux au 30 rue Kléber. Dans un premier temps, l’ancienne propriété d’un riche armateur Allemand fut louée.

La première malade est accueillie le 4 juillet 1906.

Mme JOUFFREAUT mourut en 1916 après 38 ans de dévouement.

1916 – 1953

fec18060aeDans les années qui suivirent, le nombre de lits augmentent régulièrement.

Ce n’est qu’en 1947 après une longue démarche menée par Mme BOTTU nouvelle Supérieure que l’établissement signe une convention avec la sécurité sociale. L’établissement obtient un agrément pour 45 lits d’hospitalisation de malades en fin de vie.

En 1948, l’association est alors reconnue d’utilité publique. Cette reconnaissance permet d’éclaircir l’avenir financier de l’établissement.

En 9 ans, Mme BOTTU transforme cette maison pour devenir l’un des plus beaux hospices de la ville de Bordeaux.

1953 – 1965

En 1965, Mme DUCASSE successeur de Mme BOTTU obtient une convention avec la DDASS autorisant l’établissement à garder les malades cancéreux sans limitation de séjour.

1965 – 1986

Au départ de Mme DUCASSE, Mme GALENE prend la responsabilité de l’établissement. Elle sera alors la dernière Dames du Calvaire. Dans les années 60-70, elle sera le témoin de grand changement qui transformeront la Maison des Dames du Calvaire en véritable unité médicale reconnue.

En 1977, les dortoirs sont supprimés pour aménager des chambres. La chapelle sera supprimée et remplacée par un oratoire. Les Dames du Calvaire de moins en moins nombreuses et de plus en plus âgées seront alors remplacées par du personnel mixte diplômé.

1986 – 2007

PhotoMme Galène décèdera en 1992. La Direction de l’établissement sera alors assurée par Mme ARNOUX qui sera la première Directrice à ne pas bénéficier de la désignation de Dame du Calvaire.

En 1989, Mme ARNOUX et le Dr BURUCOA mettent en place une unité de Soins Palliatifs de 12 lits. Les 45 lits sont alors redéployés en 33 lits de médecine moyens séjours, convalescence et rééducation et en 12 lits de soins Palliatifs.

En 1999, un nouveau projet de redéploiement est présenté à l’Agence Régionale d’Hospitalisation (ARH) :

  • création d’une Equipe Mobile de Soins Palliatifs ;
  • création de 6 lits spécialisés pour patients atteints de tumeurs cérébrales ;
  • réorganisation des 20 lits en unité médicale.

06c863f475A ce projet médical, s’associe un projet de restructuration de la Maison de Santé avec la construction d’une aile comprenant 13 chambres particulières.

En 2006, Mme RUSTICHELLI Directrice actuelle, prend la suite de Mme ARNOUX. L’établissement comptait 44 lits :

  • 32 lits de Soins de Suite et Réadaptation dont 6 lits (à partir de 2007) spécialisés pour les patients atteins de tumeurs cérébrales ;
  • 12 lits de Soins Palliatifs ;
  • une Equipe Mobile de Soins Palliatifs ;
  • un département de formation ;
  • avec une 100aine de salariés.

2008 – 2016

En 2008, la Maison de Santé des Dames du Calvaire change de nom pour Maison de Santé Marie Galène (nom de la Dernière Dame du Calvaire).

En 2009, l’établissement ouvre 6 lits de Soins de Suite et Réadaptation supplémentaires.

établissementEntre 2011 et 2012, 20 lits supplémentaires ouvrent en Soins de Suite et Réadaptation.

En 2013, l’établissement crée un Hôpital de Jour de 3 places, au seins de son Pôle Palliatif.
L’établissement obtient également une reconnaissance de 20 lits gériatriques en Soins de Suite et de Réadaptation.

En Décembre 2015, le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé Aquitaine a confié à la Maison de Santé Marie Galène le portage d’une cellule d’animation régionale de soins palliatifs et d’accompagnement.

Un projet de réhabilitation du jardin de l’établissement en jardin thérapeutique est en cours et devrait voir le jour à partir de l’été 2016.